Accompagner les activités

La formation des opérateurs de découverte en mer

L'activité commerciale de whale-watching génère une certaine économie mais, mal pratiquée, elle peut affecter fortement les mammifères marins. Cette activité est donc encadrée.

L’arrêté délivré par le Préfet maritime, et réglementant l’approche des cétacés dans toutes les eaux françaises des Antilles, prévoit la possibilité d’accorder des autorisations spécifiques dans le cadre de manifestations nautiques pour les professionnels souhaitant exercer cette activité et pouvoir pénétrer dans la zone de prudence entre 300 et 100m autour des cétacés. Ces autorisations sont délivrées aux navires par la Direction de la mer et sur dossier. Pour limiter la pression sur les animaux, l’arrêté prévoit que les demandeurs se conforment aux recommandations d’approche formulées par le Sanctuaire Agoa. La formation délivrée par le Sanctuaire Agoa est donc un prérequis à l'exercice de cette activité professionnelle dans les Antilles françaises.

Un recyclage exigent

La formation avait été initiée en 2016 et un recyclage a été organisé en 2022 pour les whale watchers déjà en activité en Martinique, en Guadeloupe et à Saint-Martin.

Ce recyclage, plus exigent que la précédente formation, a consisté en 3 jours de contenus théoriques en salle et 1/2 journée d'exercices en mer. Cétologie, éthologie, rappel de la réglementation, communication et diversification du discours sont les thèmes qui ont été abordés. La formation a été validée par un examen certifiant passé par chaque professionnel.

Le recyclage avait donc pour but de compléter les connaissances existantes de ces professionnels, de rappeler les consignes d'approches, mais aussi de les accompagner vers une pratique plus durable de leur activité tout en répondant à l'exigence de qualité attendue par la clientèle locale et touristique.

formation thématique

Les whale watchers en formation théoriques pendant 3 jours.

Amandine Escarguel / Office français de la biodiversité

Les whale watchers en formation théoriques pendant 3 jours.

Amandine Escarguel / Office français de la biodiversité

exercices en mer

Des exercices de communication entre bateaux ont été effectués.

Amandine Escarguel / Office français de la biodiversité

Des exercices de communication entre bateaux ont été effectués.

Amandine Escarguel / Office français de la biodiversité

En savoir plus sur la réglementation

Ecoutez Meï Li qui explique comment l'observation commerciale des cétacés est encadrée afin de limiter son impact sur les cétacés des Antilles.

https://soundcloud.com/ofbiodiversite/observer-les-cetaces-sans-les-deranger

Le contrôle des activités de whale-watching

Afin de s’assurer que la réglementation est respectée, le contrôle des usagers de la mer, professionnels comme plaisanciers, est nécessaire. 

Depuis 2020, les agents du Sanctuaire Agoa travaillent à la mise en place de contrôles sur tout le périmètre du Sanctuaire. Ces contrôles, visant autant les usagers professionnels que les plaisanciers, peuvent se faire en mer mais aussi depuis la terre, depuis des points de vue identifiés, notamment en Martinique.
Ils entrent dans le cadre des « plans de contrôles régionaux des pêches maritimes et de l’environnement marin (PRCPMEM) » qui sont coordonnés par les directions de la Mer (de la Guadeloupe et de la Martinique) et signés par les préfets. 

Le Sanctuaire forme les agents au contrôle

Des procédures et protocoles ont été créés en coopération avec les différents services de contrôle de l’OFB et des autres administrations de l’Etat dans les territoires, puis testées sur le terrain. Sur la base de ces protocoles de contrôles, le Sanctuaire participe à la formation à l’approche des cétacés des agents des administrations concernées par le PRCPMEM. Pouvoir reconnaître les cétacés, comprendre leur comportement et bien connaître les différents points à respecter de la charte Agoa sont en effet des points essentiels pour pouvoir réaliser les contrôles. Les différents services de contrôle en mer peuvent ensuite déployer leurs propres moyens humains et logistiques pour effectuer les contrôles en autonomie.

les agents du PNG et d'Agoa

Les agents du PNG ont été formé en mer au contrôle du whale watching par le Sanctuaire Agoa.

Parc national de la Guadeloupe

Les agents du PNG ont été formé en mer au contrôle du whale watching par le Sanctuaire Agoa.

Parc national de la Guadeloupe

contrôle du whale watching

Les services de l'OFB mobilisés lors d'un contrôle depuis la terre en Martinique.

Jean Bouilleau / Office français de la biodiversité

Les services de l'OFB mobilisés lors d'un contrôle depuis la terre en Martinique.

Jean Bouilleau / Office français de la biodiversité

Les infractions peuvent donner lieu à des procédures judiciaires

Les agents commissionnés et assermentés contrôlent le respect de la réglementation relative à l’approche des mammifères marins, en particulier les règles d’approche précisées dans la charte Agoa. Ils ont la possibilité de diligenter des procédures judiciaires. Les contrevenants peuvent être punis par la loi.

Les avis consultatifs

En tant qu’experte et gestionnaire d’une aire marine protégée, l’équipe du Sanctuaire est sollicitée régulièrement afin de donner son avis sur des projets pouvant affecter les mammifères marins.

Les projets sont déposés la plupart du temps auprès de la Division de l’action de l’état en mer ou de la DEAL qui sollicitent alors l’avis du Sanctuaire.
Il peut s’agir de manifestations nautiques, de campagnes de recherche, d’utilisation d’hélicoptère à basse altitude ou encore de travaux sous-marins (dragage de port, pose de câble sous-marin…). Ces projets génèrent des nuisances pour les animaux. Le rôle du Sanctuaire est alors de vérifier qu’ils respectent la réglementation relative aux mammifères marins dans les eaux des Antilles françaises, d’identifier les menaces potentielles qu’ils représentent et de proposer des mesures spécifiques en cas de dérangement. 
Les avis émis par le Sanctuaire Agoa sont consultatifs, il s’agit donc de recommandations et le service instructeur des dossiers en prend compte sans être tenu de s’y conformer. Selon la teneur du dossier, un arrêté préfectoral délivré par le préfet maritime pourra ensuite autoriser la conduite du projet.

 

crédit photo du bandeau : Souffleur d'écume