Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Observer les mammifères marins dans le sanctuaire Agoa

Chaque usager de la mer peut être amené à vivre une rencontre avec des baleines ou des dauphins. Afin de protéger ces animaux fragiles il est impératif de ne pas s’en approcher trop près sans avoir été préalablement formé aux pratiques limitant leur dérangement.

La vie des cétacés est ponctuée de phases d'activité tout au long de la journée : sommeil, chasse, reproduction, socialisation, déplacements. En s’approchant trop près, trop vite ou en trop grand nombre, nos embarcations les perturbent et peuvent induire des effets nocifs à long terme (désocialisation, chasse moins efficace, perturbation du sommeil, etc.). Les activités recherchant ces rencontres, l’observation des cétacés en mer notamment, font donc l'objet de toute l'attention du sanctuaire Agoa pour assurer le respect des populations de cétacés et, de fait, l’avenir de l’économie du whale-watching.

La règlementation dans les Antilles françaises

Depuis le 15 mars 2017, l’arrêté n° R-02-2017-03-15-003 réglementant l’approche des cétacés dans les eaux sous juridiction française aux Antilles précise que l’approche des cétacés listés dans l’arrêté du 1er juillet 2011 susvisé est interdite à moins de 300 mètres.

LE NON RESPECT DE CETTE RÈGLE PEUT ÊTRE SANCTIONNÉ.
(Arrêté n° R-02-2017-03-15-003)
Les directeurs de la mer de Martinique et de Guadeloupe peuvent autoriser une personne où un navire à s’approcher d’un cétacé à moins de 300 mètres dans le cadre d’une  manifestation nautique et sous réserve qu’ils se conforment aux recommandations d’approche formulées par le conseil de gestion du sanctuaire Agoa.
Pour en savoir plus sur la démarche de demande de manifestation nautique, vous pouvez contacter les directions de la mer de Martinique ou de Guadeloupe.
Parmi les recommandations formulées par le conseil de gestion Agoa se trouvent les éléments suivants :

  • Avoir une personne qualifiée à bord ayant suivi et validé une formation sur l’environnement marin et le tourisme baleinier dispensée ou reconnue par le sanctuaire Agoa.
  • Respecter les pratiques raisonnées d'observation des cétacés au sein du Sanctuaire Agoa.
  • N’utiliser aucun moyen aérien comme appui à la détection des animaux.
  • Informer sa clientèle de façon réaliste sur les résultats de l’excursion : l’observation de cétacés n’est pas garantie à chaque sortie.
  • Ne pas proposer de prestation incluant une activité de nage avec les cétacés.
  • Contribuer à l’acquisition de connaissances, notamment en consignant systématiquement les observations sur les outils recommandés par Agoa.

Toutes les recommandations ont été rassemblées dans la  « Charte pour une pratique responsable des activités commerciales d’observation des mammifères marins dans le sanctuaire Agoa » de novembre 2017. L’obtention et le renouvellement de la demande de manifestation nautique sont soumis à la signature et à l’application de cette charte.

Observer les cétacés avec un professionnel formé et engagé

L’observation commerciale des cétacés en mer est un moyen de faire découvrir ces animaux emblématiques dans leur environnement naturel et de sensibiliser un large public aux menaces qui pèsent sur eux. Afin que les perturbations causées par cet usage soient acceptables il est indispensable d’encadrer sa mise en œuvre. Les professionnels de cette activité qui ont obtenu la manifestation nautique les autorisant à s’approcher à moins de 300 mètres ont été formés aux pratiques raisonnées d'observation des cétacés du sanctuaire Agoa et se sont engagés à les respecter.

Les pratiques raisonnées d'observation des cétacés au sein du Sanctuaire Agoa pour les professionnels détenteurs d’une manifestation nautique :

 

Zone de prudence de 300 m autour des animaux où la vitesse ne doit pas dépasser 5 nœuds.

La distance minimale d’approche est de 100 m.

Cette distance est réduite à 50 m pour les espèces de cétacés de moins de 5 m à la taille adulte.

  • Si plusieurs bateaux sont présents sur zone : ne pas encercler les animaux ; se positionner tous du même coté et ne jamais diviser un groupe ; ne pas s’insérer entre les cétacés et les bateaux déjà en observation. 
  • Éviter tout changement brusque de régime moteur, de vitesse ou de direction.
  • Dans la zone de prudence : deux bateaux en même temps au maximum pour une durée maximale de 20 minutes.
  • Ne pas se baigner, ne pas toucher ni nourrir les cétacés.

 L’ensemble des règles d’approche sont rassemblées dans l’appendice 1 de la « Charte pour une pratique responsable des activités commerciales d’observation des mammifères marins dans le sanctuaire Agoa » de novembre 2017.

Historique des initiatives pour améliorer les pratiques d’observation

L’amélioration des pratiques d’observation des cétacés afin de limiter leur dérangement est, depuis plusieurs années, une préoccupation forte dans les Antilles françaises.
La réglementation actuelle est le résultat de plusieurs initiatives menées dans un premier temps par des acteurs locaux, associatifs ou institutionnels, puis par le sanctuaire Agoa pour caractériser et améliorer l’observation des mammifères marins :

  • en Guadeloupe, sous l’impulsion de l’association Évasion tropicale, une charte de bonne pratique a été proposée en 2000.
  • En Martinique, sous l’impulsion de la DEAL Martinique (Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement), une charte de l’observation des cétacés, a été signée en 2013.
  • En 2015, le sanctuaire Agoa a coordonné l'étude de caractérisation de l'activité d'observation commerciale des cétacés. Cette étude a mis en lumière de mauvaises pratiques avec des manœuvres d’approche souvent intrusives (vitesse, distance, nombre de bateaux…) susceptibles de nuire aux cétacés.
  • En 2016, le sanctuaire Agoa a organisé sa première formation pour une observation respectueuse des mammifères marins destinée aux opérateurs commerciaux. Cette formation a été renouvelée en 2017 dans le cadre de nouvelle réglementation.

Bibliographie et documents de référence