Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Les jumelages du sanctuaire

La déclaration de création du sanctuaire Agoa prévoit explicitement un travail de coopération avec les aires marines protégées fréquentées par les mêmes animaux, comme les baleines à bosses (Megaptera novaeangliae) qui fréquentent les eaux du sanctuaire Agoa en hiver et sont présentes en Atlantique nord-ouest ou nord-est en été.

Des jumelages à développer

Le sanctuaire Agoa développe des relations de travail avec d’autres aires marines protégées pour :

  • améliorer la protection et la gestion des espèces migratrices fréquentant plusieurs sites selon la période de l’année
  • et développer ses compétences techniques dans le cadre d’échanges avec les équipes de ces aires marines protégées partageant les mêmes problématiques.

Depuis novembre 2011, Agoa est officiellement jumelé avec le Stellwagen Bank National Marine Sanctuary et le jumelage avec le Parc marin du Saguenay-Saint-Laurent a été signé en juillet 2015.

Jumelages en projets

Cadeau symbolisant les collaborations futures entre les sanctuaires Yarari et Agoa

Dans l'objectif de développer la coopération internationale, l'équipe du sanctuaire travaille à signer des accords de jumelages avec : 

  • Le gestionnaire du sanctuaire pour les mammifères marins de République Dominicaine, sous l’égide du CAR SPAW,
  • Le sanctuaire Yarari déclaré par les Pays-Bas (en septembre 2015) classant les eaux sous juridiction de Saba et Bonaire en sanctuaire pour les mammifères marins et les requins. D'ailleurs le 6 novembre 2015, le conseil de gestion d'Agoa a adopté une délibération formelle pour le développement de cette entente.

 

Le sanctuaire Agoa a associé, dès les premières campagnes d’acquisition de connaissances, les gestionnaires d’aires marines protégées des Iles Néerlandaises (Saba, Saint Eustache et Sint Marteen) et Britanniques (Anguilla) du nord des petites Antilles, afin de commencer à développer des relations de travail techniques avec les gestionnaires d’aires marines protégées adjacentes au sanctuaire Agoa.