Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Trois échouages constatés en Guadeloupe depuis le début de l’année

10/04/2015 Connaissance - Patrimoine naturel

Depuis le début de l'année, trois échouages ont été constatés en Guadeloupe :

- le 10 janvier, un grand dauphin à Deshaies,
- le 19 mars, un tronçon de baleine à bosse sur la plage de Saint Claire à Goyave,
- le 6 avril un grand dauphin sur la plage de Saint Claire à Goyave.

Les deux grands dauphins échoués étaient des individus connus localement

Les deux grands dauphins étaient des individus connus des associations locales travaillant avec les techniques de photos identification. Notamment l’OMMAG qui a effectué ces deux identifications en comparant les photos de leur catalogue avec les photos des animaux échoués.

Le grand dauphin échoué à Deshaies en janvier était connu localement sous le nom du « Chinois ». Celui retrouvé récemment à Goyave était connu localement sous le nom de « Gueule-cassée » en référence à sa bouche caractéristique.

Tous deux fréquentaient notamment les alentours de la Réserve naturelle de Petite-Terre.

Des causes de mortalité souvent difficiles à identifier

Si la présence d'un dard d’une raie supposée pastenague (Dasyatis sp.) perforant l’estomac et traversant la cavité générale était probablement à l’origine de la mort du grand dauphin retrouvé en janvier sur une plage de Deshaies, les causes de mortalités pour les deux autres animaux ne sont pas connues à ce jour.

Des prélèvements ont été effectués et permettront peut-être d’en savoir davantage.

Des évènements rares et utiles pour les données scientifiques

Les échouages sont des évènements plutôt rares sur les côtes des Antilles françaises, généralement moins d’une dizaine par an et par île. Ils concernent majoritairement les delphinidés.

Les échouages de mammifères marins permettent aux scientifiques de collecter des données biologiques difficiles à acquérir par d'autres moyens. Ces données permettent l'amélioration de la connaissance des populations et de leur état sanitaire.

Une coordination nationale, une déclinaison locale

Ce suivi est coordonné au niveau national par le réseau national échouage (RNE).

Pour chacune des îles des Antilles françaises un point focal local est en charge de coordonner l’intervention en cas d’échouage, de collecter l’information et de la diffuser selon les procédures établies. Il s’agit de l’Agence Territoriale de l’Environnement de Saint-Barthélemy, de la Réserve Naturelle de Saint-Martin, de l’Association Évasion Tropicale pour l’archipel de la Guadeloupe, et de l’association SEPANMAR pour la Martinique.

Que faire en cas d'échouage ?

L'examen d'un mammifère marin échoué est obligatoire avant son élimination (théoriquement en centre d’équarrissage), il doit être effectué par une personne mandatée.

Si vous êtes observateur d’un mammifère marin échoué en Guadeloupe, merci de contacter le 06 90 57 19 44. Une personne habilitée à intervenir se rendra au plus vite sur les lieux pour examiner l'animal.
Transmettre les bonnes informations :

  • Le lieu (la localisation la plus précise possible : entrées de plages, distance par rapport à un point remarquable, lieu-dit, etc.).
  • Le nombre d’individus.
  • La taille.
  • L’état (mort ou vivant, étant de décomposition, etc.).
  • L'espèce (ou sa description si vous ne connaissez pas ou si le cadavre est dans un état de décomposition avancée).

Pensez à laisser vos coordonnées afin de  vous recontacter si besoin de précisions, notamment pour retrouver l’animal sur place.

Attention :
Le transport et toutes autres interventions sur les mammifères marins sont réglementés par la loi.
Ne pas manipuler l'animal afin d'éviter tout risque de transmission de maladie ou de blessure, surtout s’il est vivant.

Haut de page Retour aux actualités