Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractères Agrandir les caractères Réduire les caractères

Remmoa est de retour dans les Antilles !

05/09/2017 Patrimoine naturel - Connaissance - Antilles

Près de dix ans après la première campagne de 2008, Remmoa (Recensement des mammifères marins par observation aérienne) revient aux Antilles et en Guyane pour deux mois d’observations aériennes de la mégafaune pélagique dont les mammifères marins font partie. La totalité du sanctuaire Agoa ainsi que la mer qui entoure les proches îles voisines, la Dominique, Saba et Saint-Eustache vont être survolées.

Un avion, une équipe : deux des trois ingrédients pour une bonne campagne Remmoa

Le premier avion d’observation est en place sur la base guadeloupéenne. L’équipe de l’observatoire Pelagis de l’Université de La Rochelle, responsable scientifique du programme, et les neufs observateurs originaires de Martinique, Guadeloupe, Guyane, Polynésie, Seychelles et Nouvelle-Calédonie sont arrivés. 

Les premiers jours seront dédiés à la formation des observateurs et à la prise en main du nouveau logiciel d’acquisition. Cela devrait laisser le temps à l’ouragan Irma, qui s’annonce, de passer et à la mer de retrouver son calme.

La météo : le troisième ingrédient

L’ouragan Irma qui se dirige actuellement sur la Guadeloupe a nécessité la mise à l'abri de l'avion en Martinique. Remmoa est donc interrompu quelques jours, le temps que la mer retrouve son calme. 

Une météo calme, c’est le troisième ingrédient indispensable pour réussir à observer la mer par avion. En dehors du risque de dépression tropicale, c’est en saison humide que les vents sont les plus faibles, que la mer est la plus lisse rendant les animaux bien visibles depuis les airs. C’était la faiblesse de la première campagne de 2008. Les survols avaient eu lieu en février/mars pour profiter de la présence des baleines à bosse mais les alizées avaient rendu les conditions d’observation difficiles.

Les baleines à bosse seront donc absentes des relevés de cette campagne mais de nombreuses informations sur les populations des autres cétacés, cachalots, dauphins…, devraient être relevées. Ces données compléteront les autres études et missions scientifiques (campagnes de recensement par bateau en zones côtières, suivis acoustiques…) menées dans les Antilles par Agoa et ses partenaires. Elles seront utiles pour la révision du plan de gestion du sanctuaire qui est en cours.

Haut de page Retour aux actualités